Les fantômes des marais de Séné


Bretagne / jeudi, janvier 17th, 2019
  • Dupont : « Le brouillard va se lever… »
  • Durand (ironique) : « …dans deux jours ! »

J’avais choisi ce jeudi, entre Noël et le jour de l’An, pour visiter la réserve naturelle des marais de Séné. Une première pour moi.

De quoi on parle ? D’anciens marais salants. Ils sont situés au bord de la rivière de Noyalo, un cours d’eau qui se jette dans le golfe du Morbihan, à l’est de Vannes. Rive droite précisément. Ces marais ont été remis en l’état à partir du début des années 80, notamment à l’initiative de l’association Bretagne vivante (je parlais déjà d’eux lors de ma virée dans la tourbière de Sérent, clic, clic, clic). Pourquoi les remettre en état ? Parce que ce site attire quantité d’oiseaux migrateurs qui, à marée haute, s’y reposent après avoir grignoté sur les vasières. Nos amis les volatiles en profitent aussi pour se reproduire. Faut bien tuer le temps.

Seulement voilà. Nous débarquons à 9h30 pour une balade nature. C’est le nom. Il fait bien frais. Allez, disons-le, ça caille un peu. Et notre guide nous annonce 3 heures de balade (2h30 en fait). Ouch ! J’aime bien me promener mais 3 heures à observer des oiseaux, ça paraît costaud. Ah oui ! Le plus important : on n’y voit rien ! Mais rien du tout. Le brouillard est épais. Pour observer des oiseaux, on repassera.

Une belle troupe sur un pont de bois. Charmant avouez-le. Crédits photo : Jérôme BOUIN.

Notre guide est têtu, amoureux, payé pour ça (rayer la mention inutile). Il nous dote de jumelles. Et il se lance, vingt personnes derrière lui, bien emmitouflées. C’est parti. Dans les chemins humides.

« Vous avez entendu ? »

Les premières observations font, logiquement, chou blanc. On distingue bien quelques petites formes noires posées sur l’eau. Tadornes, canards, bécassines, rhinocéros* ? De là à dire de quel volatile il s’agit, je passe mon tour. On distingue des ombres, des « fantômes dans le brouillard ». La formule est de notre guide. Les échassiers ont un long bec. Ça tombe bien, l’eau est peu profonde dans un marais. La nature est bien faite.

Lisez-vous les légendes photo ? Réponse possible via l’espace de commentaire. Crédits photo : Jérôme BOUIN.

Notre guide tient son groupe. Répond aux questions. Occupe intelligemment le temps là ou d’autres auraient peut-être rebroussé chemin. « Vous avez entendu ? Des cris de chevalier arlequin. » Pluvier, bécasseau, spatule, canard pilet… Le temps passant, on se surprend à reconnaître quelques espèces. Car entretemps, le brouillard s’est levé. Un tout petit peu. Suffisamment pour justifier qu’on reste sur place. Devant le vaneau, un chevalier arlequin fait sa toilette.

C’est bouché mais parfois c’est bon quand même. Crédits photo : Jérôme BOUIN.

Le seul avantage du brouillard, c’est qu’il enveloppe majestueusement cet endroit vert, jaune et marron. Nous sommes coupés du monde, loin de l’agitation de la ville-préfecture. Brouillard ou pas, froid ou pas, ça n’a pas de prix.

L’hiver, c’est la période où il y a le plus d’oiseaux. Il est donc encore temps de réserver. D’autres visites du même type sont prévues en presqu’île de Rhuys. C’est à côté. Priez simplement pour que le brouillard vous épargne !

Le site :

Celui de la réserve, évidemment. C’est là (clic, clic, clic).

ou celui du tourisme à Vannes et dans le golfe du Morbihan.

Manger :

Je suis parti directement après la balade. Pas de restauration sur place. Filer sur Vannes peut-être une option. On y mange bien. Je ne connais pas les restaurants de Séné. Ils sont bien notés et vous offriront, en allant vers Port-Anna, un autre point de vue sur le Golfe. Restos dans le bourg de Séné aussi.

Se garer :

Parking sur place.

*Il faut parfois réveiller le lecteur. Pardonnez-moi ce trait d’humour. Vous trouvez ça naze ? Tant pis pour vous, c’est moi le chef ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.